Coalition Longueuil – Équipe Catherine Fournier dévoile une vision audacieuse du patrimoine, de la culture et des communications

Longueuil, le 1er octobre 2021 – Se classant au 17e rang sur 17 régions en termes d’investissement en culture par habitant selon une récente étude de KPMG, la Montérégie accuse un grave retard à ce chapitre et Longueuil n’y fait malheureusement pas exception. Il y a urgence d’agir et un sévère coup de barre à donner pour redresser la situation au sein de la Ville et ainsi exercer le leadership qui s’impose en Montérégie. Reconnaissant la culture comme un pilier important de développement social et économique, Coalition Longueuil — Équipe Catherine Fournier s’engage à valoriser notre histoire et à faire rayonner notre ville par une vision ambitieuse du patrimoine, de la culture et des communications.


« La Ville de Longueuil est l’une des trois villes au Québec qui s’est dotée d’un Conseil des arts, avec Montréal et Saguenay. Ça devrait être une fierté pour nous, mais on se bute à un sous-financement chronique de cette organisation, alors que notre voisine la métropole y investit bon an mal an des sommes huit fois plus importantes que nous. Difficile d’être concurrentiel dans ces circonstances! Il ne faut pas s’étonner de voir nos artistes prendre le chemin de l’autre côté des ponts. C’est un exode auquel nous avons le devoir de mettre un frein, si nous croyons réellement au développement culturel de notre ville. Plus encore, il est assez décourageant de constater que plus de 15 ans après le début des discussions concernant un nouveau complexe culturel pour Longueuil, nous soyons pratiquement de retour à la case départ dans ce dossier, mettant en péril notre extraordinaire diffuseur qu’est le Théâtre de la Ville. Comme mairesse, je ferai preuve de proactivité afin d’identifier des solutions et de bâtir un plan de match à la hauteur de la situation, en collaboration avec les acteurs du milieu. Nous devons réunir les conditions gagnantes pour assurer une véritable effervescence culturelle sur notre territoire, à la hauteur du dynamisme de Longueuil », a déclaré d’entrée de jeu Catherine Fournier, candidate à la mairie pour Coalition Longueuil.


« Comme je connais très bien le fonctionnement des différents paliers de gouvernement, mon expérience sera un atout pour obtenir les subventions gouvernementales requises pour le développement de nos projets, de même que pour stimuler des investissements privés. Nous devons envisager la culture comme un levier de développement économique au même titre que l’aéronautique et les pharmaceutiques, pour ne nommer que ces exemples », a-t-elle ajouté.


EN RÉSUMÉ
Coalition Longueuil propose de valoriser notre histoire et de faire rayonner notre ville par une vision audacieuse du patrimoine, de la culture et des communications, se déployant sur plusieurs fronts :

  • Adopter, dans les 100 premiers jours du mandat, un plan d’action de mise en oeuvre de la nouvelle politique culturelle de Longueuil, issu d’une véritable concertation entre les acteurs du milieu ;

  • Planifier et favoriser, en collaboration avec les sociétés historiques de Longueuil et la cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue, la création d’un espace muséal de l’histoire de Longueuil, ainsi que le développement de circuits historiques et patrimoniaux distinctifs permanents ;

  • Appuyer le projet de reconversion communautaire, culturelle et patrimoniale de la Maison de la Congrégation des Soeurs des Saints Noms de Jésus et de Marie ;

  • Dresser un portrait complet des besoins actuels en termes de lieux de diffusion et s’assurer de la construction et/ou de la conversion de salles de spectacle, d’exposition et de création appropriées, de même qu’un nombre d’ateliers d’artiste suffisant ;

  • Développer, en concertation avec les acteurs du milieu, un événement culturel estival distinctif pour Longueuil, comme il en existe dans les autres grandes villes du Québec ;

  • Assurer la présence de représentants de la communauté artistique sur les conseils d’administration des organismes culturels municipaux et paramunicipaux ;

  • Confier la gestion du nouveau pôle du parc St. Mark au milieu culturel ;

  • Créer une scène pour les artistes émergents et les artistes en rodage dans le secteur de la rue Saint-Charles ;

  • Indexer le budget du Conseil des arts de Longueuil pour permettre un plus grand soutien aux artistes de chez nous par le biais de bourses ;

  • Identifier des espaces vacants passants pour déménager les studios éphémères de la Place Charles-Le Moyne le temps des travaux de reconstruction de l’édifice du métro ;

  • Mettre sur pied un programme permettant le rachat à terme des studios éphémères par les artistes qui souhaitent en faire leur studio permanent, afin de leur permettre de se constituer un patrimoine ;

  • Faire une campagne de promotion des arts à Longueuil mettant en vedette nos artistes professionnels et de la relève destinée au grand public ;

  • Exposer des oeuvres des d’artistes de Longueuil dans les espaces municipaux aptes à les accueillir ;

  • Encourager les initiatives communautaires et intergénérationnelles permettant aux jeunes de pratiquer leur art comme les concerts aux aînés, des expositions dans les parcs, etc. ;

  • Élargir l’offre culturelle aux enfants en développant des animations culturelles éphémères dans les parcs, en collaboration avec des organismes et des entreprises d’économie sociale ;

  • Mieux soutenir nos médias locaux en y augmentant la part d’investissement de la Ville, en se faisant leur porte-parole auprès des gouvernements supérieurs pour une révision du modèle de financement et en partageant davantage leurs contenus dans les outils de communication avec les citoyens. 

 

« Il y a tellement d’artistes qui, comme moi, vivent à Longueuil. C’est une réalité que la Ville ne met pas assez de l’avant, selon moi, alors qu’on pourrait s’en servir pour valoriser et promouvoir les arts sous toutes leurs formes. Nous sommes un peu comme des cordonniers mal chaussés. Il faut corriger le tir. Qui plus est, comme peu d’entre nous sommes impliqués dans le développement culturel de Longueuil, je crois qu’il est aussi grand temps qu’un membre actif de la communauté artistique se lance en politique, comme j’ai décidé de le faire. Ma connaissance fine du milieu peut faire la différence. Pour mon district, en tant que conseiller municipal, je préconiserai un projet de revalorisation de la rue Saint-Charles, de façon à développer une véritable image de marque culturellement vibrante, verte et accueillante pour toutes les générations, dont les familles, en concertation avec les commerçants et restaurateurs de la rue », a expliqué Sylvain Larocque, candidat de Coalition Longueuil — Équipe Catherine Fournier dans le district de Saint-Charles, ajoutant que son objectif est de faire de son quartier « LE véritable carrefour culturel de la région métropolitaine, en misant sur le développement de circuits historiques et patrimoniaux distinctifs, ainsi que la tenue de spectacles, prestations ou expositions d’artistes locaux et émergents à l’année longue, accessibles gratuitement ».

« Oui, le secteur de la rue Saint-Charles doit être valorisé davantage, mais l’accès à la culture ne doit surtout pas s’y restreindre. Notre équipe souhaite que les ressources soient mieux distribuées entre les arrondissements et en ce sens, il est clair pour nous que Greenfield Park et Saint-Hubert doivent aussi devenir des lieux où la culture est accessible, et que cet accès ne soit pas simplement limité à quelques spectacles estivaux devant le parvis de l’église. Ce doit être un engagement global, diversifié, à l’année longue. C’est notamment pour cette raison que nous souhaitons encourager les animations culturelles éphémères dans les parcs, qui se déplaceront dans l’ensemble des quartiers. Le nouveau complexe multisports de Saint-Hubert que nous nous engageons à mettre sur pied pourrait également devenir un centre multifonctionnel qui accueillerait des spectacles et différentes prestations artistiques », a ajouté en conclusion Nathalie Delisle, candidate de la Coalition dans le district des Maraîchers.