Catherine Fournier veut une ville accueillante pour le télétravail

Longueuil, le 14 septembre 2021 – La pandémie a mené plusieurs entreprises et institutions à revoir leur organisation pour faire place au télétravail. Bien que ce n’ait été que temporaire dans certains cas, d’autres ont la volonté de pérenniser cette pratique. Coalition Longueuil — Équipe Catherine Fournier désire faire de Longueuil une ville accueillante pour le télétravail.


« Le monde du travail est en transformation et il vaut mieux s’y attarder dès maintenant pour nous assurer que les entreprises et institutions qui font le choix du télétravail trouveront à Longueuil des options satisfaisantes pour assurer le bien-être de leurs employés. C’est aussi un gros plus pour notre ville, car le télétravail permet par exemple de diminuer la congestion routière et de réduire la pression sur notre système de transport en commun en période de pointe, ce qui fait en sorte qu’on peut envisager à terme de réinvestir et de bonifier le service dans son ensemble. C’est une pratique très positive pour l’environnement, en plus d’aider grandement à la conciliation famille-études-travail », a expliqué Catherine Fournier, candidate à la mairie pour Coalition Longueuil, dans le cadre de la Semaine du télétravail.


EN RÉSUMÉ
Coalition Longueuil – Équipe Catherine Fournier s’engage à faciliter le télétravail afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, favoriser la conciliation famille-études-travail, contrer l’isolement vécu par plusieurs télétravailleurs, encourager le développement économique local et améliorer la qualité de vie globale de la communauté en adoptant différentes mesures, dont :

  • Aménager des espaces estivaux de télétravail gratuits et accessibles en transport actif dans les espaces verts et les places publiques de la ville ;

  • Étudier la possibilité de rendre disponibles certains espaces municipaux vacants pour le télétravail ;

  • Encadrer et promouvoir l’implantation d’espaces temporaires télétravaillables dans des tiers-lieux, institutions, cafés, hôtels, restaurants et autres lieux commerciaux dans les heures de faible taux d’occupation ou en basse saison ;

  • Favoriser l’émergence d’une carte interactive réunissant l’ensemble des lieux mis à disposition aux télétravailleurs et les plages horaires disponibles ainsi qu’un répertoire de lieux permettant la tenue de réunions et de formations, incluant les aménagements et équipements disponibles sur place ;

  • Élaborer une norme longueuilloise du télétravail établissant des critères en termes d’ergonomie, de sécurité informatique et de tout autre aspect permettant d’assurer la santé et la sécurité des travailleurs et la cohabitation au sein des quartiers ;

  • Effectuer une actualisation des règlements de l’urbanisme en lien avec les bureaux à la maison, notamment la question du certificat d’autorisation de place d’affaires requis pour les télétravailleurs.

« Quand des milliers de personnes se sont soudainement retrouvées en télétravail l’an dernier, nous avons rapidement constaté qu’il y a beaucoup de choses à faire pour rendre cette expérience plus agréable. Une ville, c’est notre milieu de vie, on peut donc amener une valeur ajoutée permettant l’amélioration des conditions de travail des télétravailleurs. Je souhaite que Longueuil se positionne comme leader en la matière. Nous en avons le potentiel », a déclaré José Lemay-Leclerc, candidat de Coalition Longueuil — Équipe Catherine Fournier dans le district de Laflèche et président-fondateur de Télétravail Québec.